Fashion FW1819 : des textures et (toujours et encore) de la couleur!

J’ai profité de mon séjour à Toronto cet automne pour rafraîchir ma garde-robe. Nul besoin est de vous rappeler que la saison froide est longue chez nous, ça on le sait. De ce fait, avec les années passées j’ai appris à choisir des items de mode qui me plaisent, peu importe s’ils s’inscrivent ou non dans les tendances. J’ai toujours été naturellement attirée par des pièces imposantes de mode que j’agence avec des morceaux neutres, unisexes, justement pour les faire ressortir plus. Je suis une grande fan de tissus africains, de couleur et structure vestimentaire.

J’ai remarqué que depuis quelques années, le prêt-à-porter est plus ambitieux en matière de couleurs et de textures. On ose plus, on se permet plus pour inciter les individus à se démarquer. C’est pas juste du bling-bling qui est rajouté au look, non c’est vraiment une nouvelle façon de vivre la mode. On assortit des morceaux de linges qu’on ne penserait pas mettre ensemble, comme des cotons ouatés avec des tutus en tulle. On mélange des imprimés : tartan avec du léopard, un peu comme Solange le fait si bien. Aussi, Instagram regorge de millions de Fashionista qui sauront vous montrer l’exemple.

Pour ma part, cette année, j’ai particulièrement été attirée par des vêtements aux textures inhabituelles qui offrent du 3D à un look, et c’est d’autant plus visible sur les photos parce ça offre du mouvement à l’image.

1. Un manteau en laine bouclette! Et le mien je l’ai choisi vert botanique. J’en ai aussi vu dans une déclinaison infinie de beige! Il est intéressant à porter parce qu’il s’agence avec tout. En layering (en portant châle et écharpe par dessus), on peut le mettre en début d’hiver et au printemps frais aussi! Le mien je l’ai acheté au Carrefour Laval, mais j’ai oublié le nom de la boutique!

2. Le vinyle froissé : le kiffe. C’est beau, c’est différent. Ça donne un style presque SM quand c’est porté en total look et donne une allure classe lorsque jupe ou pantalon est agencé avec une chemise blanche pour aller travailler au bureau. Un gagnant pour se sentir en confiance! Mon ensemble est composé d’une jupe évasée midi et d’une mini veste courte que j’ai acheté chez The Store on Queen à Toronto (boutique en ligne aussi), je l’ai payé une centaine de dollars. J’ai fait glissé le vinyle jusqu’au bout de mes pieds et j’ai trouvé des bottines en vinyle avec un talon moyen chez Sirens pour une vingtaine de dollars (oui, pas plus!).

Crédits photo : IG @kouniokhova

3. Les couleurs encore plus Fashy! Je porte du jaune depuis que je suis petite, pratiquement en même temps que je suis devenue féministe, soit autour de l’âge de 6 ans! Donc ce jaune féministe, ben il est la couleur de mon morceau vedette cette saison, un pull poussin qui a une applique cœur en vinyle (encore) rose et orange, toujours pris au The Store on Queen! Je le porte souvent avec un jean vintage trouvé en friperie que je retrousse assez haut pour laisser apparaître mes chaussettes!

4. Back to the basics : Le retour des Fila années 90 pour mon plus grand bonheur! La première paire rouge que j’ai portée je devais avoir 12 ans! Et là quelques années plus tard, je les reporte en rose! Les miennes viennent de la nouvelle boutique Sporting Life du Dix30 qui a ouvert en octobre dernier. Sincèrement, c’est un bel endroit où on peut magasiner sports wear, vêtements pour aller dehors, accessoires et autres. C’est immenses, et le choix est super vaste. Ça vaut la peine d’y aller!

Le « vêtement-image » tel que nommé par Roland Barthes (1967), est fait de « matériaux qui sont des formes, des lignes, des surfaces, des couleurs, son rapport est spatial » (p. 9). D’où l’intérêt de miser sur des textures vestimentaires qui donnent l’illusion d’être vivantes. C’est sûr, ça reste quand même juste du linge, mais pourtant y prêter attention pour être confiante au quotidien est aussi un formidable don de soi.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyrights © Mayasanaa, un blog par Myriam Laabidi